En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > SAVOIRS > Lettres > Éloge de la folie, Érasme
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Éloge de la folie, Érasme

Encyclopaedia Universalis

Encyclopaedia Universalis
Format: ePub

Lire un extrait    

Prix :
3,99

Ajouter au panier
Conçu en 1509 et rédigé en latin la même année par Érasme, l’Éloge de la folie fut l’un des best-sellers européens de la Renaissance.

La recherche d'authenticité et d'exactitude philologique, d'abord appliquée par Érasme à l'héritage littéraire de l'antiquité païenne, l'a rapidement entraîné à soumettre les textes bibliques à un pareil examen et à formuler une critique des institutions de l'Église romaine, qu'il juge peu fidèle au message du Christ. Le retour au texte original des Écritures débouche ainsi sur un appel pressant à un renouveau de la foi, qui s'exprime dans l'Éloge de la folie de façon aussi ingénieuse que plaisante.

Cette fiche propose une analyse complète et minutieuse du travail critique d'Érasme dans l'Éloge à la folie, axé autour de la recherche de l'authenticité et de l'exactitude philologique.

EXTRAIT

Stultitia loquitur, « C’est la Folie qui parle », annoncent les premiers mots. L’ensemble de sa déclamation célèbre avec une emphase parodique son empire sur le monde et les avantages infinis qu’elle procure aux hommes : « Vous savez donc mon nom, hommes... Quelle épithète ajouter ? Archifous ? Soit ! La déesse Folie ne peut qualifier plus honnêtement ses fidèles. Mais on ne sait guère d’où je viens, et c’est ce que j’essayerai de vous expliquer, avec le bon vouloir des Muses. » La composition d’ensemble évoque celle d’une homélie, incitant l’homme à rejoindre Dieu : le tableau des péchés et des vices de l’homme amène en effet un rappel des vérités de la foi chrétienne et une exhortation à la conversion. Alors que la faible Raison n’apporte que tourments, la Folie se veut source de vie et de tous les plaisirs qu’elle envisage dans un plaisant désordre : amitié, amour, mariage, amour-propre, guerre, chasse, superstitions, course aux privilèges...
Après le rappel de la vanité de la sagesse et des sciences, et du malheur auquel se vouent ceux qui s’y consacrent, la partie la plus audacieuse de l’éloge est celle où sont passés en revue les fous qui veulent se donner l’apparence de sages : grammairiens, poètes, maîtres de rhétorique, savants, juristes, philosophes, mais aussi princes, courtisans, théologiens, moines, évêques et papes, dont sont dévoilés les abus ! La Folie conclut en citant les autorités antiques qui accréditent son propos ; c’est ainsi la voix de saint Paul qui amène Érasme à célébrer pour finir la sainte folie de la Croix et de l’espoir en Dieu.

Ceux qui ont été intéressés par Éloge de la folie, Érasme ont aussi consulté :